Visuel Spencer Parker
Paris La Nuit

Magazine

Spencer Parker

ça fait un bout de temps que je n'ai pas remis les pieds au Rex, je suis donc très excité !
Categorie Interview / Paris ma nuit
Activité / Label Work Them Records
Date de publication 24/04/2017
  • Tu es vraiment le DJ qui esquisse les plus grands sourires lorsque tu es derrière les platines. Quel est ton secret ?

    Ahah, je ne sais pas vraiment. Je pense qu’il y a énormément de gens qui sont bookés parce qu’ils ont produit un disque qui a marché ou parce qu’ils savent très bien se servir d’Instagram ou de Facebook, mais peut-être ne sont-ils pas vraiment amoureux de la musique qu’ils jouent ou de l’expérience de mixer devant un public… Ce que, pour ma part, j’adore faire, et j’imagine que c’est facilement observable lorsque je joue ou que je danse (souvent mal) dans le booth ! 

  • Tu es un habitué de la capitale. Parlons donc un petit peu de Paris. Est-ce que c’est ta première fois au Rex Club ? Si ça n’est pas le cas, pourrais-tu nous décrire les sensations qui te traversent lorsque tu es dans ce club et que tu y joues des disques ?

    J’ai été assez chanceux pour avoir déjà eu l’occasion de jouer au Rex par le passé, et c’est un club que j’adore et que je respecte beaucoup. Il a une disposition très simple, une grande salle, un DJ-booth au fond de la salle… J’ai toujours senti une bonne vibe lorsque j’y ai joué. Et ça fait un bout de temps que je n’y ai plus remis les pieds, je suis donc très excité !

  • La scène locale est en effervescence. Qui sont tes artistes locaux favoris ?

    Je pense que la scène parisienne est vraiment en bonne santé en ce moment. Il y a tout un tas d’artistes que j’admire et que je respecte ici. Evidemment, je mentionnerai ceux de la famille Work Them Records [ndlr : son label], Anetha, Behzad et Amarou ou Antigone. Mais il y en a plein d’autres : François X, DJ Deep, S3A, etc. 

  • Idem pour les labels. Quels sont tes préférés ?

    Si je devais nommer mes labels parisiens préférés, il y aurait évidemment Roulé et Crydamoure. Je me souviens de mes voyages à Paris lorsque, dans les années 90, à l’époque où j’étais directeur artistique d’un label, j’ai visité les bureaux de Crydamoure et que j’y ai rencontré Raw Man :) Quelle expérience ! Quant à des labels plus récents, je mentionnerai le légendaire Deeply Rooted. 

  • Tes DJ-sets sont très versatiles. Tu joues tout autant techno que house en passant, bien sûr, par la disco la plus joyeuse qu’on puisse trouver sur des disques. Pourrais-tu nous donner trois morceaux de ces styles que tu apprécies tout particulièrement jouer en soirée ?

    Hmmm… n’en citer que trois va être compliqué ! Mais aujourd’hui, je dirai : 

    Viola Willis – Get Along Without You

    Gerd Janson & Victor Shan – Surrender

    Italojohnson – Unknown (Floorplan remix)

  • Tu as lancé ton propre label, Work Them Records. Pourrais-tu nous en parler un peu plus ?

    L’idée derrière le label était simplement de sortir de la musique qui, pour les DJ’s, réussisse tout autant à faire  »fonctionner » le disque que la foule et, pour les danseurs, fasse évidemment  »fonctionner » le dancefloor. Je suis uniquement intéressé par les sorties que les DJ’s apprécient jouer et sur lesquels les danseurs aiment se déhancher. CLUB SHIT ONLY ! 

  • Si tu devais piocher un disque de la discographie du label, quel serait-il ?

    Je pense que ça serait un disque de Young Mal, ‘’Lost My E’’, un disque qui sonne superbement bien en club et qui est également agréable à écouter au casque, à la maison – ce qui n’est pas une chose facile à accomplir ! 

  • Tu as récemment sorti la musique d’Anetha, une artiste parisienne qui perce en ce moment. Qu’est-ce qui t’a séduit dans sa musique ?

    Eh bien, je dois citer ici la directrice artistique non-officielle de Work Them Records, Maya, qui est aussi mon agent, parce que c’est tout simplement elle qui m’a fait découvrir en premier la musique d’Anetha. Ce que j’aime chez Anetha, c’est à la fois la rudesse de sa musique et l’émotion qui s’en dégage. Mais, plus encore, le fait que ce soit une excellente DJ qui la produise ! Et pour mon label, c’est une chose très importante. 

  • Quels sont les futurs projets de Work Them Records et de Spencer Parker ?

    Je m’apprête à sortir le troisième (et dernier) EP de ma série ‘’Different Shapes And Sizes’’, une série qui consiste à mettre en avant les différents types de techno et de house que je suis susceptible de jouer dans mes sets. L’un des EP’s était plus axé house from Detroit, l’autre était plus techno. Quant au dernier, il est plus simple, c’est de la house énergique. C’était vraiment un projet amusant et il y aura trois EP’s de remix prévus pour la fin de l’année. Je ne peux pas encore dire qui sont les artistes à avoir joué le jeu, mais je joue déjà les morceaux, dont je suis par ailleurs très content, et je suis donc vachement excité de les sortir. Et avant ça, il y aura un 12’’ produit par Gordo, qui vient de la côté ouest des Etats-Unis et qui vit actuellement à Stockholm. 

  • Et pour terminer l’interview, pourrais-tu nous filer un track d’un artiste parisien qui nous persuadera de venir écouter ton set au Rex Club le 6 mai ?

    J’adore mon crew parisien donc je ne veux pas mettre de côté qui que ce soit en ne citant qu’un morceau seulement ! Donc, à la place, et même si elle n’est pas vraiment une artiste parisienne, je vais vous citer ce morceau français que j’ai joué la dernière fois que j’étais au Rex, et qui est tout simplement l’un de mes disques préférés : Grace Jones – La Vie En Rose. 

Samedi  6  mai 23H55
Visuel Paris La Nuit invite Spencer Parker • Art Of Tones • brAque
Soirée
Paris La Nuit Invite Spencer Parker • Art Of...
Le Rex Club
Les dernières Interviews